Une Présidente pour les femmes ivoiriennes de France

Une Présidente pour les femmes ivoiriennes de France

Sanni Carolle ( en veste blanche sur la photo) vient d’être élue Première Présidente des femmes et associations féminines de France.

L’élection de la présidente des femmes ivoiriennes de France s’est tenue ce samedi 28 janvier 2017, à Paris, à l’ambassade de Côte d’Ivoire en France.A l’initiative de l’Ambassadeur Charles Gomis, soucieux de voir la cohésion et l’entente s’installer entre les enfants de Côte d’Ivoire en France, mais aussi soucieux de mettre en place des portes-voix, relais des problématiques et des difficultés auxquelles sont confrontées les ivoiriens de France, tant dans leur vie sur le territoire français que dans leur rapport avec la Côte d’Ivoire, il a entrepris d’organiser la diaspora en fonction de pôles représentatifs : femmes, jeunes, entrepreneurs, etc.

“L’interfédérale des associations féminines et femmes ivoiriennes en France” ( UIAFFIF), est la première étape d’un vaste chantier de réorganisation de la diaspora débuté il y a deux ans. Elle est composée de plusieurs groupements associatifs et femmes, membres ou non d’une association, mais surtout elle est apolitique ».

Pour plus d’entente et de solidarité, les femmes ivoiriennes de France ce sont donc déplacées massivement ce samedi pour designer leur présidente, qui désormais les représentera auprès des autorités ivoiriennes.
Sous la supervision du Consul général, Aïdara Chérif, du 1er Conseiller de l’ambassade, Monsieur Diaby Vacaba et de Madame Touré Mandjalé, responsable de la question des femmes à l’ambassade, les bureaux ce sont ouverts à 8h 30 pour se refermer à 18h30.

Le comité électoral présidé par Me Léa N’guessan (avocate au barreau de Paris) a procédé au décompte des voix :
Sur un total de 324 votantes, 320 suffrages ont été exprimé et 4 bulletins nuls (1 nul et 3 blancs).
Sanni Carole a été ainsi élue, toute première Présidente des femmes et associations féminines de France, avec 128 voix soit 40%, suivie de madame Sy Savané Assita, 66 voix soit 20,62%, de Yassine Gnandia, 61 voix soit 19,06%, Konaté Chantal, 54 voix soit 16,87% et de Madame Brou kouassi Viviane, 11 voix soit 3,43%.

Le comité électoral qui n’ayant enregistré aucune réclamation a proclamé Mme Sanni Carole, présidente des femmes ivoiriennes de France. Après la proclamation des résultats, chaque candidate a pris la parole et exhorté l’ensemble des femmes ivoiriennes de France à cultiver l’amour, le pardon et la solidarité. Avec cette élection, les femmes ont désormais une porte parole pour faire aboutir toutes les doléances des femmes auprès de l’Ambassade. Les Statuts de l’association prévoient la formation d’un bureau exécutif avec plusieurs vice-présidentes. Le comité ad-hoc devient le conseil d’administration de l’association.

Le 1er Conseiller M. Diaby Vacaba, au nom de l’Ambassadeur Charles Gomis, a non seulement salué le travail remarquable du comité ad-hoc et la parfaite organisation de ces élections par le comité électoral, mais il est aussi longuement revenu sur les objectifs de cette élection et son importance dans la gestion des problématiques liées à la diaspora féminine. Il a ensuite déroulé la suite du programme de réorganisation de la diaspora ivoirienne en France dont la prochaine étape sera l’organisation en fédération de nos chefs religieux et doyens de communautés, les étudiants et enfin les travailleurs et compétences ivoiriennes, vivant en France. Un comité des sages verra aussi le jour.

Et enfin d’ajouter: « Nous savons que nos compatriotes de la diaspora ont des difficultés pour envoyer du matériel et des dons au pays, les Ivoiriens sont leaders dans le domaine du gardiennage mais ils n’ont pas toujours des contrats adéquats pour faire aboutir les projets. Nous allons mettre les moyens pour soutenir tous les secteurs d’activités de nos compatriotes. Ce n’est pas normal que les chinois nous vendent de l’Attiéké. Il faut aussi aider nos femmes assistantes parentales et maternelles ».

Près de 1200 associations ivoiriennes sont enregistrées à la préfecture de police de Paris, mais seulement une centaine sont enregistrées auprès de l’Ambassade de Côte d’Ivoire à Paris. Pour pouvoir bénéficier des aides elles vont devoir s’enregistrer.
Une tournée de remerciement, dans les associations connues, sera organisée par la Présidente et ses membres, après la formation du bureau. Une grande rencontre de présentation de tous les membres de l’UIAFFIF à la communauté ivoirienne féminine sera également organisée prochainement.

No Comments

Post A Comment